Pêcher la daurade royale en surfcasting

Le surfcasting est une technique très courante et efficace pour pêcher la daurade. Elle présente l’avantage de pouvoir passer un bon moment au bord de la mer, seul à méditer ou entre amis à prendre l’apéro. Si cela peut en faire sourire certains, elle n’en reste pas moins un pêche très technique qui vous laissera bredouille si vous ne vous y prenez pas correctement. Voyez plutôt !

Description

Le surfcasting, qui signifie littéralement pêcher dans la vague, est une technique d’une incroyable efficacité pour pêcher la daurade. Elle peut se pratiquer tout au long de la journée même si le crépuscule reste un horaire propice (une heure avant et une heure après le coucher du soleil).
Cette technique ne s’improvise pas pour autant. La daurade royale est un poisson extrêmement méfiant qui, au moindre doute sur l’appât, le recrache immédiatement. Si la mer est calme, il vaut mieux lancer non loin de rochers que l’on connaît ou que l’on peut voir. Attention à ne pas se mettre trop près non plus afin d’éviter des casses inutiles.
On pose ensuite la canne sur le porte-canne que l’on enfonce dans le sable et qui permet d’avoir le fil assez haut. Cela a deux avantages. Le fil passe normalement au dessus des vagues et des algues qu’elles charrient, ce qui fait que le montage ne bouge pas. Et deuxièmement, cela empêche le pêcheur ou tout autre personne de se prendre le fil et de gâcher la pêche.
Une fois la canne mise à l’eau, il ne reste plus qu’à attendre la touche que l’on entend soit par le bruit du frein qui se met en marche, soit par le bruit d’une clochette que l’on fixe en haut de la canne.
Pour la daurade royale, il faut atteindre des distances de pêche assez longues. Comptoirdespêcheurs.com préconise donc le surfcasting dit « à reculer ».
Cela consiste à lancer le montage à marée basse pendant l’étal. On remonte ensuite la canne avec la marée en laissant le montage à sa place. Cela permet d’obtenir des distances de pêche pouvant aller jusqu’à 250 voire 300m. La daurade royale se promène en général dans des hauteurs d’eau variant de 10 à 50 mètres.

Montages, appâts et eschage

Une fois le spot choisi, il faut se munir d’appâts frais et/ou vivant. Pour la daurade royale, on privilégiera des montages coulissant afin que la daurade ne sente aucune résistance quand elle engame l’appât.

Montage et eschage de l’Arénicole (ou tout autre ver comme la dure, le jumbo, le bibi, le ver à tube, le ver américain):
On peut utiliser des arénicoles (vers de vase) que l’on récupère à marée basse sous les petits monticule en forme de serpentins. On peut le déterrer à la pelle ou a la fourche (la fourche abime moins ces animaux fragiles). Le jumbo peut se trouver également sur nos plages. Pour les autres vers, il est conseillé d’aller les acheter directement dans des magasins de pêche.
Points forts :
- Très attractif pour la dorade
- Tient bien sur l’hameçon
- Facile à trouver

Points faibles :
- Difficile à escher
- Peu sélectif → on peut prendre plie, sole, lieu jaune… ou même de petits bars qu’il ne faudra surtout pas hésiter à relâcher.

Montage
Matériel :
Entre les noeuds et le plomb, il est conseillé de mettre des perles afin d'éviter toute casse (le plomb peut frotter au niveau des noeuds et finit par user le fil).

Eschage
On enfile le ver de tout son long sur une aiguille à locher les vers. On dépose le bout de l’aiguille sur la pointe de l’hameçon et on transvase le vers de l’aiguille à l’hameçon. Le vers a souvent une de ses extrémités sur le bas de ligne. Cette technique a comme avantage de ne pas trop abimer le vers et de le fixer de manière à ce que la daurade engame l’appât en entier et d’un coup.

Montage et eschage du Crabe mou ou durs
Les crabes mous sont excellents pour la daurade royale. Ces crabes mous sont des crabes qui sont en train de muer (changer de carapace). Leur aspect est un peu blanchâtre. On peut les pêcher à la main sous les cailloux ou dans les rochers à marée basse. Les crabes mous sont plus rares que les crabes durs, il faut donc être patient quand on va les chercher. Les daurades ayant une mâchoire puissante qui leur permet de broyer leur proie, elles peuvent également engamer des crabes durs (un crabe de la taille d’une pièce de 2 euros convient parfaitement).

Points forts :
- Relativement facile à trouver
- Très attractif pour la daurade
- Tient bien sur l’hameçon
- Plutôt sélectif, peu d’autres espèces iront mordre (daurade ou bar)

Points faibles :
- Très difficile à escher et à bien présenter sur l’hameçon

Montage
Voir la vidéo à la fin de l'article

Eschage
De nombreuses techniques pour monter un crabe existent et chaque pêcheur vous dira que la sienne est la meilleure. Nous vous en présenterons deux que nous avons testées pour vous.
La première consiste à lui faire passer un hameçon simple au niveau des pattes arrière que l’on aura retiré au préalable. Le crabe gardera ainsi sa mobilité est se rendra plus attractif pour les prédateurs.
Pour la seconde, nous vous proposons d’escher le crabe avec deux hameçons, ce qui limitera le risque de décrochage lors du lancer et limitera les pertes au moment de ferrer le poisson. Avec cette méthode, les poissons restent tout de même plus méfiants. On fera passer un hameçon par le ventre qui ressort par le dos, et l’autre dans l’autre sens.
Dans les deux cas, pour plus de confort, vous pourrez également ligaturer le crabe sur les hameçons.

Montage et eschage de la crevette
La crevette ou le bouquet est un appât de choix pour la daurade, mais également pour le bar. Une crevette vivante, bien présentée est une proie facile pour nos sparidé. On peut la pêcher dans les bâches avec une épuisette pendant la marée basse, ou même directement au bord de la plage. Il faut faire attention à bien la garder vivante.

Points forts :
- Très attractive
- Facile à trouver
- Facile à escher

Points faibles :
- Très fragile
- Appât à garder bien vivant

Montage
Matériel :
Entre les noeuds et le plomb, il est conseillé de mettre des perles afin d'éviter toute casse (le plomb peut frotter au niveau des noeuds et finit par user le fil).
On peut également mettre quelques perles flottantes sur le trainard avant l'hameçon afin que la crevette apparaisse flottante, dans son élément naturel.

Eschage
La crevette s’esche très facilement, on la pique par la queue. On peut également la ligaturer un peu pour ne pas l’abîmer quand on lance. Malgré ces précautions, il est rare que la crevette tienne plus d’un lancer. Ce n’est donc pas un appât de facile d’utilisation.

Montage et eschage du Couteau :
Le couteau est un coquillage que l’on peut trouver facilement dans le sable. Il n’est cependant pas présent sur toutes les plages. A marée basse, spécifiquement pendant les grandes marées, le couteau dépasse de quelques centimètres du sable. Il convient alors de l’approcher en douceur car c’est un animal très méfiant. Il peut s’enfouir à grande vitesse. Il ne va cependant pas très profond. Si vous n’en apercevez pas, essayez de trouver de petits trous sur la plage en forme de 8 et mettez du gros sel dedans. Les couteaux sortent parfois grâce à ce stratagème.

Points forts :
- Peut faire la différence lorsque vous n’avez pas de touches
- Relativement facile à trouver
- Facile à escher

Points faibles :
- Moins attractif que le reste de manière générale
- Peu sélectif

Montage
Matériel :
Entre les noeuds et le plomb, il est conseillé de mettre des perles afin d'éviter toute casse (le plomb peut frotter au niveau des noeuds et finit par user le fil).

Eschage
Le couteau est simple à escher, il suffit de l’enfiler ou de le piquer en plusieurs endroits.

Montage et eschage de la moule, de la coque ou de la palourde
Ces coquillages, que l’on trouve sur presque toutes les plages de France, constituent un appât facile à trouver et efficace sur les sparidés (famille à laquelle appartient la daurade). Vous trouverez les moules fixées sur des rochers à marée basse. La coque et la palourde peuvent se pêcher sur la plage. Dans la vase, à certains endroits, il suffit de se mettre à genoux et de plonger les mains à coté de soi. On en récolte à la pelle. Dans le sable, il suffit d’identifier deux petits trous côte à côte. On trouve en dessous une coque ou une palourde à une vingtaine de centimètres sous la surface du sable.
Points forts :
- Très facile à trouver
- Facile à escher
- Très attractif

Points faibles :
- Moyennement sélectif
- Fragile donc tient peu sur l’hameçon.

Montage
Matériel :
Entre les noeuds et le plomb, il est conseillé de mettre des perles afin d'éviter toute casse (le plomb peut frotter au niveau des noeuds et finit par user le fil).

Eschage
Ces différents coquillages sont simples à escher, il suffit de les piquer en plusieurs endroits. Afin d’améliorer leur tenue sur l’hameçon, il convient de les ligaturer à l’hameçon.
Pour la moule, il existe des eschages un peu plus complexes dont vous trouverez la description dans la vidéo sous l’article. Cela consiste à entrouvrir la moule et à piquer l’hameçon directement dedans. Cet eschage a pour avantage d’être extrêmement discret donc efficace.

Montage et eschage de la Seiche/Calamar
La seiche ou le calamar présentent quelques avantages non négligeables pour la pêche à la daurade. On capture des spécimens à la turlute ou au poissons nageur (plus rare) souvent dans des ports ou non loin de pointes rocheuses. On en trouve également facilement chez le poissonnier ou dans les grande surface.
Points forts :
- Très facile à trouver
- Facile à escher
- Très attractif de part leur blancheur et leur texture, les appâts « flappent » dans le courant
- Chair résistante lors des lancers

Points faibles :
- Moyennement sélectif
- Odeur peu forte

Montage
Matériel :
Entre les noeuds et le plomb, il est conseillé de mettre des perles afin d'éviter toute casse (le plomb peut frotter au niveau des noeuds et finit par user le fil).

Eschage
Ces différents coquillages sont simples à escher, il suffit de les piquer en plusieurs endroits. Afin d’améliorer leur tenue sur l’hameçon, il convient de les ligaturer à l’hameçon.
Pour la moule, il existe des eschages un peu plus complexes dont vous trouverez la description dans la vidéo sous l’article. Cela consiste à entrouvrir la moule et à piquer l’hameçon directement dedans. Cet eschage a pour avantage d’être extrêmement discret donc efficace.

À la une en ce moment:

PAFEX, découvrez les épuisettes ultra légères fabriquées en France

lire l'article

Matériel

Canne :
La gamme des cannes de surfcasting est très vaste et il n’est pas toujours évident de choisir du bon matériel. Pour cette technique de pêche, il faut cependant pouvoir lancer très loin pour avoir accès à des endroits intéressants. Les tailles varient entre 3m90 et 5m voire plus. La taille de la canne n’influe pas forcément sur la distance de lancer (c’est plus la technique du lanceur, il faudra vous entrainer…). La taille de la canne sera importante si vous pêchez dans un secteur ou les vagues cassent assez loin pour que le fil puisse passer au dessus des rouleaux et des algues qu’ils charient. Pour avoir une certaine polyvalence en France, il est conseillé d’avoir une canne entre 4m20 et 4m90. Vous pourrez ainsi lancer des plombs entre 80 et 200g.
Ensuite il vous faudra choisir celle qui vous convient le mieux en fonction du budget que vous avez. Deux choses auxquelles il faut faire tout de même attention. La première est la qualité des anneaux, et surtout de la céramique qui se trouve à l’intérieur. Des anneaux de mauvaise qualité fragilisent la tresse ou le nylon lors du lancer. Une minuscule aspérité sur la céramique peut couper le fil net.
La seconde est l’action de la canne. L’action de pointe permet un lancer plus précis, une meilleure appréhension des touches et permettent un meilleur ferrage.

Moulinet :
Pour le surfcasting, plusieurs critères sont à retenir pour l’achat d’un moulinet.
- Une bonne protection contre la corrosion
- Une contenance de 300m en 40/100
- Une récupération minimale de 70cm par tour de manivelle
- Plusieurs roulements à billes
- Un frein qui se trouve sur le dessus du tambour et éventuellement un débrayable (qui permet au poisson de partir avec l’appât dans la bouche sans sentir de résistance)
Pour le surfcasting à reculer, il est important d’avoir une contenance un peu plus importante pour ne pas avoir de problème.

Fil :
Deux écoles pour le fil font débat au sein de la communauté des pêcheurs de surfcasting. Tresse ou nylon, nylon ou tresse ? Comptoir des Pêcheurs fait pour vous la liste des avantages et inconvénients. A vous de faire votre choix.
Nylon :
Avantages :
- Fil élastique
- Moins cher que la tresse
- Transparent
- Moins de vibration dans les vagues (cela peut faire fuir les poissons les plus méfiants
Inconvénients :
- Moins résistant avec le temps
- Pour une résistance de fil équivalente, le diamètre du nylon sera plus important

Tresse :
Avantages :
- Meilleurs lancers (moins de frottement, meilleur départ du montage car pas d’élasticité)
- Meilleur ferrage
- Diamètre plus fin
- Meilleures sensations lors du combat car en contact direct avec le poisson.

Inconvénients :
- Vibration plus importante dans les vagues
- Prix important (il faut en plus remplir un moulinet entier)
- Coupant lors du lancer

A vous de voir !!

Vidéos

Laissez un commentaire (0)
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour poster un commentaire.

On a essayé pour vous

Le meilleur leurre pour pêcher les sparidés ?

À mi-chemin entre le jig et l’Inchiku, la Candy Shrimp développée en France par Fiiish est un leurre destiné à la pêche des sparidés : simple d’utilisation et facile à apprivoiser,...

Cadeau : Votre été COOL avec les accessoires Dometic offerts !

Pour célébrer l’Eté, Dometic vous offre des accessoires à clipser sur l’une des glacières de la gamme Cool ICE CI pour profiter des beaux jours en toute sérénité !...

Comment assurer son matériel de pêche ?

Cet été, le Cabinet ADAM Assureur Maritime et ComptoirDesPêcheurs.com vous proposent une assurance sur mesure pour protéger votre matériel de pêche contre les accidents ou les vols !...

GlobeXplorer : découvrez les tablettes tactiles ultra robustes compatibles avec Navionics !

Entreprise Française réputée dans les GPS de voyage mais aussi dans l’industrie, GlobeXplorer développe depuis 2005 des solutions pour faciliter vos déplacements en mer et à terre. Les tablettes GlobeXplorer ultra...

PAFEX : découvrez les épuisettes fabriquées en France depuis plus de 40 ans !

Le légendaire fabricant Français ne s’est jamais porté aussi bien depuis 1978. A l’occasion du salon EFTTEX, nous avons eu l’occasion de prendre en main et d’essayer différentes gammes d’épuisettes qui...

Quel sera le leurre souple de l'été 2019 ?

... C’est peut être en Bretagne que vous trouverez la réponse à cette question. Croisement entre le légendaire Black Minnow et le non moins célèbre Crazy Sand Eel, c’est avec un...

7 astuces innovantes pour réussir votre pêche cet été !

Avec plus de 4 millions de pêcheurs, la France est un des pays les plus attractif et diversifié pour pratiquer notre passion. Pour satisfaire les 2.6 millions de pêcheurs en mer...