Difficulté:

Période:

Toute l'année

Taille minimum:

36 cm

Accueil > Le Mag' > La raie

La raie

Pour tout savoir sur la pêche de la raie, où la pêcher, quand la pêcher, ses techniques de pêche

Présentation de la raie

Légère, gracieuse et majestueuse, la raie se déplace lentement en faisant onduler ses nageoires pectorales solidaires de son tronc. S’apparentant à des ailes, celles-ci forment, selon l’espèce, un disque ovale, rond, triangulaire ou cunéiforme.
Se confondant avec la couleur du sable et des coquillages, ce poisson cartilagineux se caractérise par un corps aplati. Il se distingue d’ailleurs des poissons plats et osseux (comme la sole ou la plie) par un aplatissement dorso-ventrale reposant sur la région ventrale.

Quand pêcher la raie ?

La raie se pêche toute l’année et plus particulièrement en été. Il s’agit d’une espèce nocturne qui se repose le jour. La nuit, la raie vorace passe la majorité de son temps à fouiller les fonds marins à la recherche de poissons et de coquillages, de gastéropodes, palourdes, huîtres et autres crustacés dont elle broie les coquilles grâce à sa solide dentition en pavé.

Tout pour une pêche réussie

Vous souhaitez découvir la pêche à moindre coût ?
Avec Le Club, faites-vous accompagner par un passionné !

En savoir plus

Où pêcher la raie ?

Avec une répartition cosmopolite, la raie préfère habituellement les milieux marins tropicaux et subtropicaux même s’il n’est cependant pas rare de la trouver en eaux tempérées et froides. En somme, on la retrouve dans toutes les mers et tous les océans !
Sur les côtes françaises, dans l’Atlantique du Nord et en Méditerranée, on rencontre plus de 20 espèces de raies (parmi plusieurs centaines d’autres espèces présentes à travers le monde).
La raie bouclée est la plus prisée pour sa chair fine, mais on trouve également la torpille marbrée capable de produire des décharges électriques qu’elle utilise pour chasser et pouvant dépasser les 200 volts, les pocheteaux gris et noirs, l’aigle et l’ange de mer, la raie brunette, étoilée, lisse, fleurie, radiée, circulaire, mêlée, etc.
La plus redoutée est sans nul doute la pastenague : venimeuse, son éperon caudal inflige une atroce blessure parfois mortelle pour l’Homme.
Comme la plupart des raies, elle s’enfouit sur le fond et au ras du sable et de la vase : il faut donc prendre garde à ne pas leur marcher dessus pour éviter toute mauvaise surprise !

Quelles techniques pour pêcher la raie ?

Espèce en voie de disparition, sa chasse en France est très réglementée. La raie se pêche à soutenir, au poser, en dérive au vif et principalement au surfcasting.
Pour cette dernière option, préférez un appât volumineux de type hareng, maquereau, sardine, tacaud, calamar, crabe ou encore encornet. Avec une chair dépourvu d’arrêtes, elle est prisée pour son foie et ses joues comestibles. Pour en vérifier la fraîcheur, fiez-vous à sa peau recouverte d’un enduit visqueux qui se forme continuellement pendant 10 heures après son décès. Assurez-vous alors au toucher que le poisson est frais, sinon, vous risquez d’en faire les frais !

Avez-vous pêché cette espèce ce mois-ci ?
Si oui, cliquez-ici pour nous aider à améliorer notre classement des espèces les plus pêchées.

Infos pratiques

Difficulté:

Période:

Toute l'année

Taille minimum:

36 cm

Ne ratez pas !

Notre Réseau Social "SurLeFil" :
Prises des membres
Matériel le + utilisé
Conseils et discussions
Où pêcher  : l'info de votre commune
Meilleurs spots
Indices et prévisions
Sorties collaboratives

Commentaires

1 commentaire

Pierre
Le 20/08/2016 à 20:13
Il serait intéressant de faire des fiches détaillées pour chaque espèce de raie.
Aussi, méfiance, toutes les raies possèdent des aiguillons venimeux à la base de la queue (sauf les raies manta), d'ailleurs, la torpille ne fait pas partie de la famille des raies.
 
Laissez un commentaire (1)
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour poster un commentaire.