Accueil > Conseils et techniques > Techniques de pêche du lieu jaune

Techniques de pêche du lieu jaune

Bienvenue dans notre dossier spécial sur le lieu jaune.
Vous lisez actuellement l'article "Techniques de pêche du lieu jaune".
! La liste complète des techniques est accessible ici.
! Pour trouver les meilleures périodes pour la pêche, lisez ceci.
Techniques de pêche du lieu jaune

Cet article s’adresse à tout pêcheur désireux de pêcher le lieu jaune, et rassemble des techniques pour attraper ce poisson. Toutes se valent et méritent d’être étudiées.

Marre de rentrer bredouille ?
Avec Le Club, accédez directement aux coordonnées GPS des meilleurs spots près de chez vous !

► En savoir plus

Pêcher le lieu jaune en bateau

Il s’agit de la façon la plus répandue de pêcher le lieu jaune, on trouve en effet une multitude de poissons de cette espèce dans les profondeurs, au niveau des rochers (ou failles), des épaves ou des algues laminaires. Selon différents facteurs (type de fond, période de pêche, milieu naturel environnant etc.), des techniques variées peuvent être employées.

Pêcher le lieu jaune à la traine lourde
La traine lourde se pratique loin des côtes, au niveau d’obstacles et repères rocheux (n’aimant pas trop monter à la surface, le lieu jaune affectionne ces endroits). Il faut alors plomber votre ligne pour aller le chercher près des rochers et des épaves, ce qui peut aller jusqu’à 50 mètres de profondeur. Cette technique est plus facile à appliquer quand on est deux – un pilote et un pêcheur– en mer calme. La vitesse de traine doit être entre 2 et 3 nœuds (il ne faut pas faire ralentir le bateau lors de la prise, cela entrainerait un mou qui pourrait casser la ligne ou bloquer le plomb dans des rochers).
Cf. l'article Pêcher le lieu jaune à la traîne lourde

Pêcher le lieu jaune posée
Pour pêcher à l’aide de cette technique, le bateau doit se trouver nez au courant (ce qui n’est pas toujours évident quand le vent et le courant sont contraires, ou quand le vent est plus fort que le courant, et vice-verça). Ce sont le plus souvent des gros lieus qui se prennent sur ces lignes qu’on qualifie « mortes ». Cette technique – qui s’applique en théorie sur la roche– nécessite un courant continue, pour que le leurre puisse s’animer même si la canne est posée, et plus le leurre sera souple, plus il travaillera correctement dans un minimum de courant. Il est aussi important de bien choisir le leurre avec lequel on ira débusquer le lieu jaune. Il faut choisir des modèles qui se rapprocheront en taille et en forme du poisson chassé présent dans une zone. La longueur des leurres change en fonction de la profondeur, du lieu et des saisons. La teinte du leurre joue un rôle décisif (il poussera ou non le poisson à attaquer), il faudra adapter le coloris en fonction de la luminosité. Lorsque les lieus se montrent trop coriaces à la traine et aux leurres, on se sert d'appâts naturels (notamment au petit large de la côte de la Bretagne Nord et du Cotentin). Il faut alors chercher le poisson aux accores des roches soit à laide d'un flotteur coulissant (d'environ 40 grammes) qui soutient par exemple un bouquet vivant, soit au lancer-ramener, avec un plomb bateau ou une olive à anneaux (entre 30 et 60 gramme), accompagné d'un bas de ligne de 1 mètre (en 30 ou 35/100), armé d'un numéro 1/0 garni avec une néréide de roche.
Pour plus d’information, voir les articles La pêche du lieu jaune aux leurres souples et Pêcher le lieu jaune aux appâts naturels

Pêcher le lieu jaune à la dérive
Comme son nom l’indique, la pêche à la dérive consiste simplement à se laisser aller dans le sens du vent ou du courant, à la rencontre du poisson : Les forces du vent s’appuient sur la partie émergée du bateau et les forces du courant sur la partie immergée (comme elles ne sont pas égales, ces deux forces inverses feront au début tourner le bateau jusqu’à ce qu’il trouve son point d’équilibre). Un des éléments crucial à la réussite de cette pêche se trouve dans un passage millimétré et silencieux au dessus ou non loin de la zone où se trouvent les poissons. Si le vent se met à forcer, il est judicieux d’employer une ancre flottante (ce qui permettra au bateau de moins dériver au vent, son point d’attache permettant aussi de varier l’orientation du bateau sur l’eau, pour une pêche plus confortable). Dans un autre cas de figure où le courant serait trop fort, il faudra larguer une chaîne ou une ancre grappin jusqu’à racler le fond, qui exécutera une dérive freinée très utile (cela permettra une présentation très discrète des lignes du bateau dans l’eau). Cette pratique est la plus utilisée pour la pêche en épave.

Pêcher le lieu jaune du bord

Même si le milieu préféré par le lieu jaune se situe plus dans les profondeurs, il est toutefois possible d’en pêcher en port et sur les jetés malgré les interdictions (on vous aura prévenu). Dans cette pêche, faire mordre le lieu n’est pas le plus difficile. Seulement, cela ce complique quand il s’agit de l’intéresser au leurre (il est probable que vous voyiez un lieu suivre votre leurre jusqu’à votre emplacement sans jamais y mordre). Vous pourrez trouver les plus petit lieus près de la surface, surtout en fin d’été ; il est d’ailleurs déconseillé de les pêcher : premièrement il n’est pas rare que des poissons de cette petite taille puissent mourir en engamant votre leurre. Deuxièmement, ils sont les premiers à s’attaquer au leurre lors de sa descente, ce qui complique un peu les choses et vous force à contrôler la descente. Il est donc conseillé de mettre un leurre ressemblant aux larves de poissons présentes dans le secteur. Enfin pour ceux qui préfèreront pêcher le lieu en journée, il est recommandé de choisir une zone ou il y a du courant et des algues, le lieu peut se cacher parmi les laminaires. Dans ce genre de secteur, essayez de venir quand le courant se forme, et examinez la zone d’abord entre deux eaux (les lieux monteront facilement vers le leurre si ils ont commencés à se nourrir), ensuite le mieux est de donner des coups de scion réguliers avec des pauses. Pour finir, il est important de rappeler que le lieu peut mordre à la descente du leurre, d’où l’importance de contrôler cette dernière, ce qui pourrait épargner l’animal par la même occasion.

Ilyas Benessaiah

Vous n'avez pas envie d'attendre 2 heures le poisson ?
Avec Le Club, trouvez le meilleur moment pour votre sortie !

► En savoir plus
Laissez un commentaire (0)
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour poster un commentaire.
Partagez vos photos et vos vidéos
Partagez votre passion, vos techniques et vous plus belles prises !
► Ajouter une photo
Articles liés
On a essayé pour vous le 755 Pilothouse de Quicksilver

Ce Pilothouse convient aux passionnés de pêche qui apprécient les croisières confortables. Le Quicksilver 755 Pilothouse a été conçu avec de nombreuses fonctionnalités pensées dans le souci du détail.

Rechercher un guide de pêche !

Sur Le Fil, L'actu du Club

Peyo64 a rejoint le Club du ComptoirDesPêcheurs
20 heures